Publicité
Publicité

Le gouvernement prépare sa réponse aux appels visant à traduire les membres ISIS en justice

 

Sur Facebook, le Canadien d'origine pakistanaise s'est décrit dans un message récent comme un «moudjahid résidant à Dar al Kufr», un combattant djihadiste au pays de l'incrédulité.

Mais plus de deux ans après son retour à Toronto et avoir déclaré aux journalistes qu'il avait servi dans la brutale police ISIS en Syrie, il n'a pas été arrêté.

«Aucun kafir ne peut me toucher», a-t-il déclaré dans un SMS récemment envoyé à un ancien ami, qui l'a partagé avec Global News. Kafir est un terme arabe pour non-croyant.  Le gouvernement devait répondre mardi à une motion de la Chambre des communes appelant à "un plan pour traduire immédiatement en justice toute personne qui s'est battue en tant que terroriste de l'Etat islamique ou qui a participé à une activité terroriste".

Bien qu'ils aient été présentés par l'opposition conservatrice, les libéraux et le NPD ont appuyé la motion du 22 octobre, qui demandait expressément que des mesures soient prises à l'encontre de «ceux qui sont au Canada ou qui ont la citoyenneté canadienne».

 

Lors de la période de questions, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a commenté l’absence d’accusations portées contre des combattants de l’Etat islamique.

 

Le premier ministre n'a pas réussi à sécuriser les frontières du Canada si mal que des maniaques génocidaires se sentent en sécurité de se vanter auprès de leurs amis de la maladresse de ce premier ministre", a déclaré la porte-parole conservatrice en matière d'immigration Michelle Rempel, faisant référence au rapport du Global News sur le Pakistan -Canadien.

En réponse, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a déclaré que la police et les agences de sécurité "sont beaucoup plus compétentes pour sécuriser le pays et assurer la sécurité des Canadiens que les sources présumées mentionnées par l'opposition".

Il a déclaré qu'il n'y avait «pas d'obligation ou de priorité plus élevées» que de protéger les Canadiens.

Le fait est que toutes les démarches possibles sont entreprises auprès de terroristes connus pour les accuser et les poursuivre en justice dans toute la mesure permise par la loi", a-t-il déclaré. «Il existe également toute une série d'autres mesures utilisées par le gouvernement du Canada.»

Une motion déposée par les conservateurs réclamant une stratégie gouvernementale pour le retour des membres d'ISIS est adoptée 280-1.  Plusieurs Canadiens qui ont adhéré ou ont tenté de le rejoindre, l’ISIS et d’autres groupes djihadistes n’ont pas été accusés de terrorisme.

Selon le professeur Amarnath Amarasingam, chercheur dans le domaine du terrorisme, seuls quatre des 19 Canadiens au moins qu'il a identifiés comme étant de retour de Syrie et d'Irak ont été inculpés. Cinq autres ont été soumis à des obligations de paix liées au terrorisme qui ont maintenant expiré.

Au moins une demi-douzaine de Canadiens prétendument affiliés à l'Etat islamique ont été capturés en Syrie par des forces soutenues par les États-Unis et veulent rentrer au Canada, y compris des femmes de Vancouver, de Toronto et de Montréal. Un autre Canadien est détenu en Turquie.

Pourquoi les responsables kurdes s'inquiètent des combattants étrangers.

L'un des captifs, Muhammad Ali, a déclaré qu'il était membre d'une unité de tireurs d'élite de l'Etat islamique. Mais ni lui ni les autres détenus à l'étranger ne font l'objet de poursuites au Canada.

«Pourquoi certaines personnes sont-elles accusées d'infractions liées au terrorisme alors que d'autres ne le sont pas?», A demandé un document interne du gouvernement obtenu par Global News en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

«Les enquêtes sur le terrorisme sont complexes et utilisent beaucoup de ressources. Elles font partie des enquêtes les plus difficiles menées par la GRC», poursuit le document divulgué par la GRC.

«Souvent, ils exigent la preuve de l’activité d’une personne dans des zones de conflit à l’étranger ou s’appuient sur des informations fournies par des partenaires que nous ne sommes pas autorisés à divulguer au tribunal. La GRC est également confrontée à des problèmes de collecte de preuves numériques, notamment d'accès aux communications en ligne cryptées. »

Le directeur du Service canadien du renseignement de sécurité, David Vigneault, a déclaré dans un discours de la semaine dernière que peu des quelque 100 extrémistes qui avaient quitté le Canada pour se battre en Syrie et en Irak étaient rentrés.

«Malgré l'effondrement de Daesh [ISIS] en Syrie et en Irak, nous n'avons pas constaté de recrudescence de combattants étrangers qui tentaient de revenir au Canada», a déclaré Vigneault au Economic Club of Canada.

C'est en partie parce que beaucoup sont morts. Près de deux douzaines de personnes ont été tuées au combat et dans des frappes aériennes, y compris quatre combattants de l'Etat islamique recherchés par la GRC, a déclaré Amarasingam.

 

Mais le combattant djihadiste Ahmad Waseem a pu rentrer chez lui à Windsor, en Ontario. Il a été hospitalisé pour une blessure par balle, puis est retourné se battre contre l'Etat islamique jusqu'à ce qu'il soit à nouveau tué par balle.

L'ami qui a signé sa demande de passeport et qui l'a accompagné en Syrie, Mohammed El Shaer, a été soumis à un engagement de ne pas troubler le terrorisme à son retour à Windsor, mais n'a pas été inculpé de crime de terrorisme.

L'absence d'accusations contre certains de ceux qui sont revenus a fait en sorte qu'ils n'ont eu aucune conséquence juridique pour avoir participé à des groupes terroristes responsables d'atrocités horribles.

C'est aussi un risque potentiel pour la sécurité.

Une photo sur la page Facebook du Canado-pakistanais montrait des rangées de chaussures. «Autres objectifs pour les gars», disait la légende. Ci-dessous, une photo d'une cache d'armes à feu de style militaire. «Mes objectifs», a lu le message de l'homme, qui s'est identifié dans son profil sous le nom «Abu Huzayfa». Il a depuis supprimé le message.

Le «droit d'entrer» au Canada est garanti par la Charte canadienne des droits. «Par conséquent, même si un Canadien se livrait à des activités terroristes à l'étranger, le gouvernement du Canada devait faciliter leur retour au Canada», a déclaré une note d'information préparée à l'intention du ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale.

La professeure Stephanie Carvin, spécialiste de la sécurité nationale et du terrorisme à la Norman Paterson School of International Affairs, a déclaré que l'approche décrite dans les documents était «bonne sur le papier».

«Mais nous n’avons pas vraiment une bonne idée de la façon dont cela fonctionne dans la pratique. Le gouvernement doit respecter les préoccupations en matière de protection de la vie privée, mais nous n’avons pas de données concrètes permettant de déterminer si l’approche de la GRC est bien appliquée ou non. »

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité
Publicité
Publicité