Publicité
Publicité

Les migrants illégal agissant en tant que «parents d'ancrage» pour aider à faire entrer la famille dans le pays

Les agents des services frontaliers canadiens font état de ce qu'ils appellent un "phénomène" sur le front des migrants: des passeurs frontaliers illégal agissant en tant que "parents d'ancrage" pour ceux qui présentent une demande d'asile aux points d'entrée officiels.

Selon l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), les personnes qui sont entrées dans le pays par la migration illégal peuvent se prévaloir d'une exception prévue par la loi pour faciliter l'entrée de membres de la famille, même lorsque leurs propres demandes n'ont pas été réglées.

"Récemment, les agents de l'ASFC ont remarqué un autre phénomène: les demandeurs arrivés récemment au Canada en tant que migrants illégal et en attente de demandes d'asile agissent comme des parents d'ancrage pour les autres membres de la famille qui remplissent les conditions", a indiqué un dossier d'information au directeur parlementaire du budget ( DPB) par l’ASFC.

"Cela signifie que ces membres de la famille peuvent se présenter à un point d'entrée et ne pas être considérés comme des migrants illégal. De plus, ils ne peuvent se voir refuser l'entrée en vertu de la Convention concernant les tiers pays sûrs."

La STCA est un traité canado-américain destiné à gérer le flux de demandeurs d'asile à travers la frontière commune. Il indique que la plupart des personnes qui demandent le statut de réfugié dans l'un ou l'autre pays doivent présenter leur demande dans le premier pays «sûr» où elles arrivent - le Canada ou les États-Unis.

Un porte-parole du bureau du ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a déclaré à CBC News que les données ne montrent aucune preuve "d'une tendance à utiliser de plus en plus de" parents d'ancrage "pour contourner l'accord sur les tiers pays sûrs".

Scott Bardsley a cité des chiffres montrant que le nombre de demandeurs d'asile pouvant bénéficier d'une exception dans la STCA - soit en raison de la présence au Canada de «parents d'ancrage», soit à cause d'une autre exception au traité - a chuté d'une moyenne de 531 par mois en 2017 à une moyenne de 318 par mois en 2018.

«Échappatoire dans une échappatoire»

La critique conservatrice en matière d'immigration, Michelle Rempel, a tweeté mercredi dernier à propos de cette question, la qualifiant de "faille dans une échappatoire" et demandant au Premier ministre Justin Trudeau combien pourraient s'en servir pour demander l'asile au Canada dans les années à venir.

Dans une interview, Rempel a déclaré que le gouvernement libéral devait expliquer si cette disposition était équitable, compte tenu des restrictions imposées au parrainage d'autres demandeurs d'immigration et de statut de réfugié.

"Essentiellement, ce qui se produirait ici est que si vous êtes entré illégalement dans le pays et avez demandé l'asile après avoir été aux États-Unis, si vous avez des membres de votre famille aux États-Unis ou si vous pouvez vous y rendre, même si vous n'avez pas le statut de résident permanent, pourraient toujours demander l'asile en vertu de l'exception prévue dans l'accord sur les tiers pays sûrs ", a-t-elle déclaré. "Je pense que le gouvernement devrait être au courant de ces problèmes et s'en préoccuper."

Les conservateurs ont exhorté le gouvernement à appliquer l'entente sur les tiers pays sûrs à l'ensemble de la frontière, éliminant ainsi une exception pour ceux qui entrent dans le pays en dehors des points de passage frontaliers officiels.

Janet Dench, directrice exécutive du Conseil canadien pour les réfugiés, a déclaré que cette disposition était incluse dans le STCA afin de garder les familles unies. Certaines familles pourraient être séparées en fuyant un conflit ou la persécution, a-t-elle ajouté, ou d'autres pourraient choisir de faire traverser un membre de manière irrégulière avant que d'autres membres de la famille n'entrent par les points d'entrée officiels.

"Dans certains cas, une famille souhaite venir et se rendre compte que la STCA va les bloquer, alors ils disent: 'Nous allons envoyer un membre de la famille de l'autre côté, faire une demande d'asile puis les autres membres de la famille pourront se rendre à un point d’entrée régulier et pourront la rejoindre au Canada ", a-t-elle déclaré.
Grands-parents, frères et sœurs, neveux admis

Le document de l'ASFC indique que la disposition s'applique non seulement aux familles nucléaires, mais également aux parents, grands-parents, frères et sœurs, tantes, oncles, neveux et nièces.

Le DPB a demandé des informations financières et autres aux ministères et organismes fédéraux afin de réaliser une analyse des coûts financiers de l'augmentation récente du nombre de demandeurs d'asile. Les réponses de quatre ministères et organismes fédéraux ont été déposées auprès du comité de l'immigration.

En réponse à une demande du député conservateur Larry Maguire, le directeur parlementaire du budget, Jean-Denis Fréchette, a accepté de se lancer dans une opération de comptabilité globale afin de faire la somme des coûts supportés à ce jour par le boom des demandeurs d'asile entrant au Canada en dehors des frontières officielles. Le rythme accéléré de la migration irrégulière pourrait coûter à l'avenir.

Dix fois plus de demandeurs d'asile

Pour la première fois, la GRC a communiqué le nombre de demandeurs d'asile interceptés à l'extérieur des postes frontières officiels pour 2016, soit dix fois plus que l'année précédente.

En 2017, 20 593 demandeurs d'asile ont été interceptés, contre seulement 2 486 en 2016. Auparavant, la GRC ne suivait pas les demandeurs d'asile séparément des autres personnes interceptées en dehors des points de passage réguliers et qui participaient à d'autres activités, telles que le trafic d'êtres humains.

Du 1er janvier au 15 juillet 2018, il y a eu 11 420 interceptions de migrants illégal à la frontière. Les fonctionnaires ont constaté une baisse du taux de franchissement illégal de la frontière au cours des derniers mois.

Le DPB avait demandé des prévisions quinquennales sur le nombre de frontières illégal, mais tous les ministères ont refusé de donner des estimations, arguant que les volumes étaient trop imprévisibles.

"Etant donné que la migration et les mouvements de réfugiés sont influencés par une complexité de différents facteurs et sont difficiles à prévoir, les coûts pour les prévisions pour les années à venir ne sont pas disponibles pour le moment", a déclaré le ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, dans une lettre au directeur de la police. "Cependant, le département continuera à surveiller de près les volumes et les schémas de migration, afin d'affiner les impacts financiers."

Dans sa réponse écrite à la demande de renseignements de Fréchette, l'ASFC a déclaré qu'il "est difficile de prévoir les arrivées illégal pour les années à venir" car "un certain nombre de facteurs externes ... influent sur la migration des personnes en quête de protection.

"C’est encore plus compliqué de tenter de prédire le nombre de personnes qui se présenteront à un port d’entrée par rapport au nombre de personnes qui tenteront d’entrer entre les ports. La principale raison pour laquelle les demandeurs d’entrée entrent entre les ports est qu’ils ne répondent pas à une exception ou à une exemption. Entente sur les tiers pays sûrs. "

 

L'interdiction par la STCA de demander le statut de réfugié dans un pays après son arrivée dans un autre pays comporte diverses exceptions: mineurs non accompagnés, titulaires d'un visa de travail ou d'étudiant - ou ceux qui ont déjà un membre de leur famille au Canada en tant que citoyen, résident permanent ou réfugié. demandeur.

La GRC a déclaré ne pas pouvoir fournir de prévisions concernant les arrivées illégal ni les dépenses financières, qualifiant la situation à la frontière de "fluide et dynamique".

Dans une lettre ouverte à Frechette, la commissaire de la GRC, Brenda Lucki, a déclaré qu'une grande partie de la frontière traverse des zones sauvages, loin des communautés ou des grands centres, de sorte que la GRC adopte une "approche en couches" pour ses opérations frontalières.

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité
Publicité