Publicité
Publicité

Un responsable déclare que l'ASFC (Agence des services frontaliers du Canada) est «muselée» par le gouvernement Trudeau

 

Les gardes-frontières chargés d'assurer la sécurité du Canada dénoncent le gouvernement Trudeau. Les fonctionnaires de l'ASFC sont «muselés» et le gouvernement Trudeau n'applique pas correctement la loi, selon un responsable de l'ASFC qui s'est adressé au Toronto Sun pour une entrevue exclusive.


«Le gouvernement invente les choses au fur et à mesure», a déclaré l'agent agacé de l'ASFC, qui a demandé à rester anonyme parce que, selon ses mots, «nous sommes muselés».

"Mais, je peux vous dire que les cadres de base ont eu la chance de réussir ici, comme le reste du nombre croissant de Canadiens frustrés," a-t-il déclaré.


Un véhicule de l'ASFC était garé à la populaire entrée illégale à la frontière le long du chemin Roxham.dans les régions rurales du Québec. Cela soulève de sérieuses questions quant aux raisons pour lesquelles l’ASFC est installée à un passage à niveau non officiel et pourquoi elle ne fait pas respecter les lois canadiennes en matière d’immigration.

Selon un point de presse les mois dernier, c'est la GRC - et non l'ASFC - qui est «responsable de l'application des règles entre les points d'entrée officiels».

La GRC arrête les migrants qui entrent au Canada illégalement, puis «transfère à l'ASFC pour traitement (immigration)», selon un document d'information du gouvernement sur le processus de l'entrée illégale et des demandes d'asile.

Toutefois, si, comme le prouve le rapport de Sun, l’ASFC est en poste au poste frontière illégal situé sur le chemin Roxham, l’ASFC devrait appliquer les lois sur la frontière et l’immigration. Plus précisément, ils devraient appliquer l'Accord sur les tiers pays sûrs, qui interdit les demandeurs d'asile provenant de pays sûrs comme les États-Unis.

L'ASFC et la GRC ont officiellement refusé de commenter la situation sur Roxham Rd. Ou d'expliquer pourquoi l'ASFC était stationnée à un point d'entrée illégal.

«Si (les pouvoirs de l'ASFC) ne s'appliquent que dans les zones contrôlées par la douane et que l'ASFC est en poste (sur le chemin Roxham)», cela signifie l'une des deux choses, a-t-il expliqué.

Soit Roxham Rd. est maintenant "une zone contrôlée par les douanes et un passage officiel où la loi du pays tiers sûr est désormais applicable", ou "ce n'est pas un passage officiel et toutes les mesures prises par les agents de l'ASFC sont nulles et non avenues, " il a dit.

«Cela signifie que tous les migrants en situation irrégulière devraient être obligés de se rendre immédiatement dans un point d'entrée officiel, où les (lois sur les pays tiers sûrs) s'appliqueront désormais à tous.»

Plus de 50 000 demandes d'asile ont été déposées en 2017, le nombre le plus élevé de notre histoire. Près de la moitié de ces demandes émanaient de personnes qui avaient traversé illégalement des États-Unis, la plupart à cet emplacement du chemin Roxham.

Jusqu'ici en 2018, le nombre de sauteurs à la frontière a déjà triplé depuis l'année dernière.

Le responsable de l’ASFC a également fait part de sa déception face au rôle du premier ministre Justin Trudeau dans la création de cette vague d’immigration illégale au Canada, ainsi que de l’échec de son gouvernement à y mettre fin.

"Ces migrants peuvent lire le Twitter de Trudeau mais ne peuvent pas lire le panneau disant que leur passage est illégal?", A-t-il demandé sceptiquement, se référant à de grands panneaux placés du côté new-yorkais de Roxham Rd.

«Stop: Il est illégal de traverser la frontière ici ou dans tout lieu autre qu'un port d'entrée. Vous serez arrêté et détenu si vous traversez ici », lit-on sur le panneau que les migrants empruntent pour se rendre au Canada.

«Donnez-moi une pause», a déclaré l'agent de l'ASFC frustré.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité
Publicité