Publicité
Publicité

Des manifestants protestent contre l'offre de la firme montréalaise de concevoir un centre de détention pour migrants

 

Près de 100 manifestants sont descendus dans les rues de Laval pour protester contre la volonté du cabinet d’architecture Lemay de concevoir un nouveau centre de détention pour immigrés.

Lemay est l’une des nombreuses entreprises en concurrence avec l’Agence des services frontaliers du Canada qui ont signé un contrat de plusieurs millions de dollars portant sur la conception du centre de stockage, qui devrait ouvrir ses portes d’ici 2021.

Le centre hébergera des personnes détenues pour des raisons liées à l'immigration, la plupart d'entre elles parce qu'elles ne possèdent pas de documents d'identité vérifiables ou qu'elles sont considérées comme des risques de fuite. Au cours des six dernières années, près de 45 000 personnes ont été détenues au Canada dans de telles circonstances.

Les plans du centre ont été annoncés par le gouvernement fédéral en 2016 dans le cadre des plans des libéraux visant à créer «un système de détention et d'immigration plus équitable et plus humain». Un autre nouveau centre de rétention sera construit en Colombie-Britannique.

Les manifestants, qui se sont rendus de la station de métro Place-Saint-Henri au siège de Lemay, rue Saint-Jacques, portaient des pancartes avec le nom des personnes qui ont été expulsées du Canada au cours des dernières années, scandant des slogans tels que "les prisons sont des cages".

Même si les plans de Lemay voulaient que le site soit "esthétiquement agréable" et doté d'un feuillage étendu, les manifestants l'ont qualifié de prison.

"Je pense que les gens sont collés à leurs écrans en regardant Trump remplir les prisons de migrants là-bas et ils ne se rendent pas compte qu’il ya une prison de migrants dans notre cour ici", a déclaré l’organisateur David Zinman à CTV.

 

Le nombre de demandeurs d'asile «illégal» arrivant à la frontière canadienne a commencé à augmenter après son entrée en fonction - en partie à cause des politiques anti-immigrés dures et du discours de l'administration Trump.

Cette année-là, le Canada a reçu le plus grand nombre de demandes d'asile de son histoire (50 420) alors que le nombre d'Haïtiens arrivant des États-Unis a augmenté.

Le Canada a récemment mis en œuvre d'importantes réformes de ses pratiques en matière de détention. En 2016, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, réagissant à la pression croissante de la population, a annoncé l’intention du Canada de «transformer» son système de détention pour migrants afin de «mieux s’aligner sur les normes internationales et nationales».

Le pays a mis en place un nouveau cadre national de détention des immigrants en 2017, qui prévoyait notamment un investissement de 138 millions de dollars canadiens pour améliorer la détention des migrants, principalement en agrandissant et en rénovant les centres de détention fédéraux.

L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) indique que le cadre vise à empêcher les enfants de rester en détention et les familles réunies «autant qu'il est humainement possible», à réduire le nombre de détenus de longue durée, à réduire le nombre de prisons à sécurité maximale et à établissements pénitentiaires provinciaux et élargir le recours aux «alternatives à la détention» pour «faire en sorte que la détention soit vraiment un dernier recours».

Les réformes ont eu des résultats notables: le nombre de détenus retenus pendant trois mois ou plus a diminué de près de 30% au cours de l'année 2016-2017 et le nombre total de détenus a diminué de 5% au cours de la même période. Le nombre moyen de jours de détention a également diminué de 20% au cours de la même période.

Cependant, les observateurs soulignent les préoccupations actuelles. Il est important de noter que le Canada maintient une politique de détention illimitée puisqu'il n'existe pas de durée maximale de détention en droit. Le pays continue également de confiner environ un tiers de ses détenus de l'immigration (et presque tous les détenus de longue durée) dans des prisons. C'est peut-être la raison pour laquelle un centre de détention pour immigrés serait considéré comme nécessaire.

Comme le souligne le Global Detention Project (GDP) dans ses rapports sur d'autres pays qui ont utilisé leur système pénitentiaire pour des raisons d'immigration (notamment la Suisse et l'Allemagne), l'utilisation des prisons locales rend extrêmement difficile l'accès aux informations les plus récentes sur les pratiques de détention. , soulevant des questions sur la transparence. Espérons qu'avec la construction d'un nouveau bâtiment, ces chiffres seront plus accessibles et nos prisons ne seront pas aussi encombrées de «migrants en situation ILLÉGAL».

Publicité
Publicité