Publicité
Publicité

L'Islam politique menace l'Amérique du Nord | Silence des médias

 

Avertissement aux États-Unis: la menace croissante des islamistes au Canada

Selon un rapport publié par le Service canadien du renseignement de sécurité, les islamistes sunnites canadiens représentent une menace particulière pour le Canada. «Le Service n'avait encore jamais fait face à une menace terroriste de l'envergure, de l'ampleur et de la complexité du terrorisme d'inspiration sunnite inspiré par les sunnites», note le document de 2016.

Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, jouit depuis huit ans d’un soutien indéfectible à la cause des extrémistes islamistes au Canada. Cela se voit depuis son élection en tant que membre du Parlement en 2008 et son accession au poste de Premier ministre en 2015. Il a notamment visité une mosquée reconnue publiquement par le Pentagone comme un centre de recrutement majeur pour Al-Qaïda et une autre mosquée. avait un imam qui appartient à une entité terroriste inscrite sur la liste internationale.

L’histoire des relations transfrontalières entre le Canada et les États-Unis a été largement positive. Toutefois, quatre Canadiens ont tenté de lancer des attaques terroristes inspirées par les islamistes contre l'Amérique. Parmi ces efforts figurent Abu Mezer en 1997, Ahmed Ressam en 1999, Chiheb Esseghaier en 2013 et Abdulrahman El Bahnasawy, reconnu coupable d’une tentative d’attaque à New York en 2016.

Il est difficile d'évaluer le degré d'infiltration des mouvements islamistes extrémistes au Canada. Docteur. Lorenzo Vidino, expert en islamisme en Europe et en Amérique du Nord, de l'Université George Washington, a témoigné devant le Sénat canadien en mai 2015 sur divers aspects de cette question.

Lors de sa longue comparution, il a déclaré que les Frères musulmans comptaient à eux seuls huit à dix groupes principaux au Canada. Parmi ceux qu'il a mentionnés figurent le Conseil national des musulmans canadiens NCCM (anciennement CAIR CAN), l'Association musulmane du Canada, Islamic Relief Canada et le Fonds international de secours pour les affligés et les nécessiteux (IRFAN).

Le gouvernement du Canada a classé IRFAN comme une entité terroriste, tout comme il a collecté des millions de dollars en collectes de fonds pour le Hamas. La Convention du Hamas stipule que le Hamas est une fraternité musulmane dans les territoires palestiniens. Il convient également de noter que la société mère du Conseil national des musulmans canadiens est CAIR USA, elle-même inscrite sur la liste des entités terroristes des Émirats arabes unis.

Un autre indicateur de la profondeur des islamistes au Canada est le nombre de Canadiens qui sont partis combattre avec des groupes comme le groupe État islamique au Moyen-Orient. Le Centre Soufan estime que 180 Canadiens sont partis à l'étranger pour défendre des «groupes terroristes» en Irak et en Syrie, alors que seuls 129 Américains en ont fait autant.

Même avec dix fois la population, les États-Unis ont envoyé moins de combattants au total que le Canada. Il va sans dire que le nombre de combattants qui sont allés et qui sont revenus de ces conflits est faible, étant donné la nature clandestine des individus impliqués. Mais ceci est un indicateur inquiétant.

Et les déclarations publiques de Trudeau sur les questions islamistes sont encore plus inquiétantes. À la Chambre des communes, il a déclaré que les points de vue de ceux qui s'opposaient au retour des combattants de l'EIIL au Canada étaient islamophobes. Trudeau a soutenu en public que les combattants de retour d'ISIS constitueraient un puissant porte-parole pour la déradicalisation au Canada.

La position du Premier ministre sur la déradicalisation des combattants de l’Etat islamique ne semble pas non plus raisonnable; le Centre pour l’engagement communautaire et la déradicalisation du gouvernement canadien ne fonctionne pas. Il n’a pas de leader ni de centre actif de lutte contre la radicalisation au sein ou en dehors du gouvernement. On ignore si un tel organisme est prévu, bien que quatre millions de dollars aient été alloués pour prévenir la radicalisation en Alberta.

La discussion sur la façon de traiter les combattants ISIS de retour au pouvoir révèle une autre position incertaine sur la position du gouvernement. À ce jour, peu de combattants de l'Etat islamique, s'il en est, ont subi des conséquences, bien que les estimations les plus basses suggèrent que 60 d'entre eux sont revenus. Le gouvernement affirme publiquement que seuls 60 combattants de l'Etat islamique sont rentrés sans changement depuis 2015, ce qui n'a aucun sens puisque l'ISIS a été sévèrement battu en Iraq et en Syrie en 2017.

Le fait que le gouvernement n'ait plus ajouté de noms est encore plus troublant. de renvoyer des combattants de l'Etat islamique au comité des Nations Unies chargé de l'inscription des djihadistes internationaux. Ainsi, ces combattants ISIS sont libres de voyager, d’organiser et de planifier leurs attaques au Canada et ailleurs.

Et Trudeau n'est pas seul. Les partisans de l'islam politique ont fait d'importantes percées au sein du gouvernement canadien, notamment au sein de cabinets subalternes et de membres du Parlement. Parmi eux se trouve Omar Alghabra, né en Syrie-Néo-Saoudien, connu pour son soutien à la loi islamique. Lors de sa première tentative réussie de représenter Mississauga — Erindale au Parlement, il a déclaré: «C'est une victoire pour l'Islam! L'islam a gagné! L'islam a gagné! … Le pouvoir islamique s'étend à la politique canadienne. »Il est membre du Parti libéral et secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères (ministre des Affaires étrangères), spécialisé dans les affaires consulaires.

Iqra Khalid, un autre membre du parti libéral au Parlement canadien, est le principal sponsor de la motion parlementaire (M103), qui à conduit le Canada à se doter d'une loi anti-islamophobie. Cette loi écraserait les droits déjà limités de la liberté d'expression au Canada et rendrait impossible toute critique réelle ou imaginaire de l'islam, même des extrémistes et des terroristes islamistes. La députée Khalid s’est associée étroitement à la section canadienne de la Société islamique d’Amérique du Nord (ISNA), même après que l’Agence du revenu du Canada a révoqué le statut d’organisme de bienfaisance du ISNA (Fonds de développement), car il finançait le terrorisme.

L’influence croissante de la promotion de l’islam politique au Canada par les groupes pionniers islamistes et le nombre de combattants de l’Etat islamique qui rentrent au pouvoir font peser une grave menace d’attaque terroriste chez eux et aux États-Unis.

Une atmosphère de protectionnisme commercial et une focalisation sur les questions de sécurité nationale imprègnent déjà Washington DC. Une attaque basée au Canada peut entraîner des mesures extrêmes à court terme telles que des fermetures de frontières et des appels à plus long terme pour des mesures de filtrage renforcées.

À titre préventif, les responsables américains pourraient commencer à renforcer les mesures de contrôle aux frontières. Cela ne devrait pas être réservé aux "terroristes" potentiels, mais plutôt à ceux qui créent les espaces sociaux, culturels et politiques où l'extrémisme islamiste se développe.

On sait que de nombreux groupes de pression islamistes opèrent au Canada et ont une organisation partenaire aux États-Unis. NCCM / CAIR CAN est la section canadienne de CAIR USA. Islamic Relief Canada et Islamic Relief USA font tous les deux partie de Islamic Relief International. ISNA Canada et ISNA USA sont des agences partenaires, malgré leur prétention à se distancer.

CAIR USA a déjà été répertorié comme une entité terroriste par les Émirats arabes unis. De même, Islamic Relief International figure sur la liste alors qu'Islamic Relief Canada et Islamic Relief USA ont tous deux une brosse à main pour financer le terrorisme. ISNA Canada a collaboré avec trois organismes de bienfaisance différents qui ont perdu leur statut en raison du financement du terrorisme. ISNA USA était un co-conspirateur non inculpé dans un grand procès pour le financement du terrorisme et a été connecté à CAIR USA et au Hamas par des problèmes de financement.

Suivre et bloquer les flux financiers de ces organisations tout en limitant les privilèges de voyage porterait préjudice à la cause extrémiste islamiste dans les deux pays et réduirait les possibilités de financement du terrorisme.

L’un des objectifs stratégiques du gouvernement américain est de maintenir la frontière canado-américaine «mince». C’est-à-dire une frontière permettant le transit rapide de biens, de services et de personnel. Cela pourrait bientôt être contesté à mesure que la cause islamiste se développe au Canada.

 

 

Publicité
Publicité