Publicité
Publicité

Rachel Notley vient-elle de tuer The Rebel Média ?

 

Rachel Notley et le gouvernement néo-démocrate de l'Alberta ont finalement pris des mesures contre The Rebel. Ils nous poursuivent pour ce que nous avons dit à leur sujet.

Ils font appel à Melanie Malchuk, qui a travaillé pour la Commission albertaine des droits de la personne, les censeurs qui ont poursuivi en justice Ezra pour avoir publié les caricatures danoises de Mohammed. Ils lui ont donné un contrat spécial pour mener l'enquête contre nous.

Notley veut fermer The Rebel avant les élections de 2019. Elle sait que The Rebel a été leur critique le plus efficace et le NPD fera tout ce qui est en son pouvoir pour nous faire taire.

 

L'attaque légale préventive de Notley contre The Rebel.

Le 14 janvier 2019, le gouvernement de l’Alberta a mis le Rebel à l’essai, mais il ne nous l’a pas dit. Ils nous ont condamnés être au courant. Et même à ce moment-là, ils ne nous ont toujours pas dit.  Melanie Malchuk, a commencé à contacter nos vendeurs, interférant dans nos contrats avec ces entreprises et menaçant de les poursuivre s’ils ne se conformaient pas.

Nous n’avons même pas entendu parler de cela du gouvernement, nous avons dû l’entendre des entreprises albertaines menacées. Nous ne connaissons toujours pas les détails des plaintes qui nous sont adressées. Tout a été fait en secret. Tout comme les attaques de la commission des droits de l'homme. Voici quelques informations.

Le lendemain de notre condamnation, nous avons finalement reçu un courrier électronique du gouvernement de l'Alberta nous informant que nous avions été condamnés par contumace pour avoir été une organisation de campagne politique, pas des journalistes. Ils ont proposé de nous imposer une amende de 5 500 dollars (Cliquez ici pour lire la lettre surprenante nous informant que nous avons été jugés, condamnés et condamnés à une amende de 5 500 dollars.), Car nos critiques à l'encontre de Rachel Notley sont illégales, car elles ne sont pas des opinions journalistiques, vues de campagne politique et doivent être traitées comme des dépenses de campagne.

Nous publions notre journalisme sur tous les supports - en ligne, sous forme de vidéo, de publicités à la radio, sur des panneaux de gazon, sur des panneaux d'affichage, dans des livres à succès, et même dans des documentaires. Notley dit que cela fait de nous une organisation de campagne, pas de journalistes. Nous ne sommes pas d'accord et nous refusons de la laisser nous faire taire.

Les pénalités financières pour lesquelles ils nous ont condamnés.

Une amende de 5 500 $ ne sera pas en soi une faillite. Mais bien sûr, nous n'allons pas arrêter notre journalisme. Et les pénalités pour les entreprises peuvent atteindre 100 000 dollars. 5 500 $ n'est que leur premier coup de poing.

Nous ne pouvons pas survivre à une amende de 100 000 dollars. Et Notley pourrait nous infliger une amende tous les mois. Nous ferions faillite avant les élections. Quel est exactement leur objectif.

En fait, ils ont des pouvoirs extrêmes - ils pourraient même obtenir une injonction du tribunal pour nous fermer. Pour autant que nous sachions, ils sont déjà en train de franchir cette étape - et nous la cachent encore une fois.

Notre combat juridique jusqu'à présent.

En 2017, The Rebel a reçu une lettre de menace du chef de l’élection de Notley, nous informant que nous étions un groupe de campagne illégal. Notre avocat a répondu en expliquant la loi au personnel de Notley, soulignant que nous étions journalistes et donc exemptés de la loi. Et nous n’avons plus entendu parler de Notley.

Jusque juste avant Noël. Lorsque nous avons reçu une lettre du nouveau responsable de la campagne de Notley, indiquant que nos critiques à l’égard du ministre de l’Education de Notley, David Eggen, étaient illégales, car elles figuraient sur un panneau d’affichage et nous avions 14 jours pour répondre. Alors, ils nous l’ont envoyé juste avant Noël et ont exigé une réponse bizarre la veille du Nouvel An - comme si des bureaucrates travaillaient à ce moment-là.

Nous avons engagé Fred Kozak, l'avocat des médias le plus respecté de l'Alberta. Il a représenté tout le monde, du Globe and Mail au Edmonton Journal, en passant par CTV et même CBC. Il a écrit au personnel de Notley pour lui demander s’il pouvait répondre après Noël. Les gens de Notley étaient raisonnables et d’accord.

Et ensuite, au cours de la nouvelle année, Kozak a poliment demandé plus d'informations sur la plainte déposée contre nous - qu'est-ce qu'ils ont prétendu au juste que nous agissions mal? Les gens de Notley ont répondu en disant, pas de problème, ils nous auraient répondu avec cette information le 15 janvier. Semble raisonnable. Nous n’avons pas fait de bruit à ce sujet, car nous savions que nous allions bien légalement.

Mais le personnel de Notley a menti - ils n’ont jamais contacté notre avocat le 15 avec des détails. En fait, ils nous ont condamnés et condamnés le 14. Nous attendons toujours les détails de la plainte. Ils sont allés de l'avant avec un procès secret sans nous.

Commissaire aux élections de l'Alberta

Notley a récemment mis en place une nouvelle organisation controversée appelée le Commissaire aux élections, qui est différente d’Élections Alberta, qui organise les élections. C'est un nouveau poste qu'elle vient d'inventer. Et elle a choisi à la main un activiste extrêmement partisan qui sera son commissaire aux élections, Lorne Gibson.

Gibson déteste les conservateurs, il a effectivement poursuivi l'ancien gouvernement conservateur pour des centaines de milliers de dollars. C'est un fou, il a été mis à la porte, mais quand Notley a pris le pouvoir, elle a nommé cet ennemi à ce poste, malgré les protestations de chaque conservateur. Le député qui a voté contre lui parce qu'il était toxique. Normalement neutres, des personnes non partisanes sont nommées à ces postes sensibles. C’est comme être juge. Mais ce n’est pas ce que Notley voulait: elle voulait que l’on chasse ses ennemis.

Gibson a déjà condamné plusieurs groupes conservateurs à une amende: la Fédération des contribuables canadiens; Un groupe conservateur appelé, Alberta Can't Wait; Et bien sûr, l'association politique Pro-Life Alberta.

Et maintenant, The Rebel. Voyez-vous un motif ici? Pas de groupes de gauche. Aucun groupe environnemental. Pas de groupes syndicaux. Aucun des groupes de façade du NPD, comme Press Progress. Juste des conservateurs de base.

 

Notley veut tuer The Rebel Media.

Rachel Notley vient tuer The Rebel Media dans la perspective de sa réélection. Mais nous n'allons pas payer l'amende de 5 500 $. Parce que c’était un tribunal kangourou, dirigé par des partisans incontrôlables, qui n’avaient même pas suivi leur propre loi. Ils ne nous ont pas montré la plainte, ils ne nous ont pas laissé répondre et ils poursuivent illégalement le journalisme.

On ne va pas payer. Mais nous allons payer beaucoup plus pour nous battre. Nul doute que cette bataille coûtera des dizaines de milliers de dollars en frais juridiques. Et il ne fait aucun doute que les voyous de Notley nous infligeront de plus en plus d’amendes - la prochaine sera sûrement de dizaines de milliers de dollars. Ils pourraient nous infliger une amende de 100 000 dollars. Chaque mois.

Donc soit nous vivons libres, soit nous mourons. Soit on gagne ce combat, soit on fait faillite. Le réseau Sun News a été fermé juste avant les élections fédérales de 2015 - et le fait de faire taire cette voix a permis à Justin Trudeau d'obtenir sa majorité.

Ils nous détestent tellement parce qu’ils ne peuvent pas nous contrôler, alors ils veulent nous fermer.

Comment  nous aider?

Si vous vous tenez aux côtés de The Rebel, ou même si vous n'aimez pas beaucoup The Rebel, mais que vous êtes choqué par l'inconduite de Notley et par l'idée de la fermeture d'une société de médias, le moment est venu de nous aider - parce que c'est la vie et la mort pour nous.

Nous allons nous battre jusqu'à la Cour suprême si nécessaire. Nous n'abandonnerons jamais notre liberté d'expression - et votre droit d'entendre les nouvelles que vous choisissez, pas celles choisies par Notley ou son allié Trudeau.

Nous ne paierons pas cette amende illégale. Mais nous paierons un prix beaucoup plus élevé à cause de cela - y compris pour nos meilleurs avocats.

Si tu te soucies du The Rebel Media, si jamais tu veux que nous vivions pour nous battre un autre jour, c'est le moment, mes amis. Aidez-nous à faire un don pour notre fonds de défense juridique - qu’il s’agisse de 5 $ ou de 500 $ - le moment est venu de le faire. Parce que le moment est venu pour Rachel Notley et ses assassins contractuels à la Commission des droits de la personne.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité
Publicité