Publicité
Publicité

Les libéraux accusent Rempel d'avoir «causer la peur» en s'interrogeant sur les lacunes troublantes dans le filtrage des réfugiés


Le Toronto Star rapporte que les agences de filtrage pour la sécurité nationale n'ont pas encore complètement apuré les milliers de demandeurs d'asile vivant au Canada.

Dans un rapport d'une agence des frontières interne obtenu par l'avocat Richard Kurland grâce à la liberté d'information, le Star rapporte que «les demandeurs d'asile représentaient 41% de l'arriéré des contrôles de sécurité», mais que «alors que les statistiques officielles ne montraient que 0,2% des personnes examinées» les demandeurs d'asile étaient considérés comme une menace pour le Canada, le fait que 11 745 d'entre eux se trouvaient dans le pays et qu'il ne soit pas encore complètement évalué était troublant.

Pire encore, «le temps d'attente moyen pour mener à bien le filtrage de sécurité des agences frontalières était de 72 jours, le cas le plus ancien de l'arriéré étant de 857 jours».

Au minimum, les risques potentiels pour la sécurité nationale valent autour du Canada avant qu'ils ne terminent leurs vérifications de sécurité pendant au moins deux mois et au plus, sur deux ans et demi.

Ce long délai représente un risque trop grand pour le public canadien et pour les véritables réfugiés - ceux qui échappent au génocide et à l’esclavage sexuel aux mains d’extrémistes islamiques.

Aujourd’hui, je vais vous raconter des histoires de réfugiés yézidis qui sont toujours tourmentés par les radicaux islamistes au Canada. Une ancienne esclave sexuelle a rencontré son marchand d'esclaves dans un autobus d'Ottawa.

Un autre groupe de femmes yézidies est intimidé par des appels téléphoniques, des photos et des photographies du génocide vécu par leur peuple, mais aussi en temps que propre esclaves sexuelles d'hommes «qui semblent avoir des accents irakiens, nord-africains et des États du Golfe.

Je vais également vous montrer comment une députée libérale, Salma Zahid, a réagi lorsque la porte-parole conservatrice en matière d’immigration, Michelle Rempel, a proposé une étude visant à déterminer comment toutes ces lacunes en matière de filtrage de sécurité continuent de se produire. Rempel a été accusé de propos alarmiste et de discorde.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité