Publicité
Publicité

Oui, l'antifa est l'équivalent moral des néonazis!

Le week-end dernier, à Berkeley, en Californie, un groupe de manifestants antifa néo-communistes - «antifascistes» - a attaqué des manifestants pacifiques lors d'un rassemblement «Non au marxisme en Amérique», brandissant des bâtons et du gaz poivré, et frappant les gens avec des boucliers faits maison lisez (je ne plaisante pas) «Pas de haine».

Le journal raconte comment un manifestant pacifique «a été attaqué par cinq membres antifa vêtus de noir, chaque vent frappant et frappant un homme essayant désespérément de se protéger». Membres du Berkeley Collège Les républicains ont ensuite été harcelés par des sbires antifa qui les ont suivis jusqu'à une station-service et leur ont demandé de «se débarrasser de [la police]], en avertissant:« Nous avons vraiment faim de suprémacistes et nous sommes plus nombreux. "

L'organisateur de la manifestation anti-marxiste n'est pas un suprémaciste blanc. Amber Cummings est une «femme transsexuelle qui embrasse la diversité» et a déclaré elle-même sur Facebook que «tous les groupes racistes comme le KKK [et] le néo-nazi. . . ne sont pas les bienvenus. "La manifestation était nécessaire, a déclaré Cummings, car" Berkeley est un point zéro pour le Mouvement marxiste

Comme pour prouver le point de Cummings, le mouvement antifa a réagi par des bottes et des massues - parce que leur définition de «fasciste» inclut non seulement les néo-nazis, mais également tous ceux qui s’opposent à leur vision du monde totalitaire.

Et soyons clairs: le totalitaire est précisément ce qu’ils sont. Mark Bray, un conférencier de Dartmouth qui a défendu la tactique violente de l'antifa, a récemment expliqué dans The Post: "Ses adhérents sont principalement des communistes, des socialistes et des anarchistes" qui estiment que la violence physique "est à la fois justifiable d'un point de vue éthique et efficace sur le plan stratégique". ne sont pas différents des néonazis. Les néo-nazis sont les défenseurs violents d'une idéologie meurtrière qui a tué 25 millions de personnes le siècle dernier.

Les membres d’Antifa sont les partisans violents d’une idéologie meurtrière qui, selon le «Livre noir du communisme», a tué entre 85 et 100 millions de personnes au siècle dernier. Tous deux pratiquent la violence et prêchent la haine. Ils sont moralement indiscernables. Il n'y a pas de différence entre ceux qui ont battu des innocents au nom de l'idéologie qui nous a donné Hitler et Himmler et ceux qui ont battu des innocents au nom de l'idéologie qui nous a donné Staline et Dzerzhinsky.

Les États-Unis ont vaincu deux idéologies meurtrières au 20ème siècle. Nous devrions donc tous être repoussés à la vue de nos compatriotes américains portant les bannières de l'un ou l'autre mouvement, qu'ils agitent les drapeaux rouges du communisme ou les drapeaux noirs du nazisme. Pourtant nous ne sommes pas.

Le communisme n'est pas considéré comme un mal comparable au nazisme aujourd'hui. Comme Alex Griswold l'a récemment souligné, le New York Times a publié cette année pas moins de six articles d'opinion défendant le communisme, dont des essais vantant Lénine comme défenseur de l'environnement, expliquant pourquoi le stalinisme inspirait les Américains et affirmant que les bolcheviks étaient des romantiques eu un meilleur sexe sous le communisme. Peut-on imaginer que le Times publie des articles similaires sur les nazis?

Ma mère et mon grand-père ont combattu les nazis en Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale et sa famille a ensuite enduré la terreur stalinienne qui a suivi, lorsque l'occupation nazie a été remplacée par la domination soviétique. Alors pardonnez-moi si je vois peu de distinction morale entre la croix gammée et le marteau et la faucille. Les deux sont diaboliques et leurs adhérents modernes doivent être condamnés, en particulier lorsqu'ils osent commettre des actes de violence parmi nous pour faire avancer leurs visions haineuses.

La gauche et la droite ont la responsabilité de contrôler leurs propres mouvements. Dans les années 1960, William F. Buckley a excommunié la société John Birch, largement reconnue à l'époque comme étant antisémite et défenseur des théories du complot stupide, tirée de la droite respectable, et les conservateurs ont aujourd'hui la responsabilité de faire de même de l'alt-droite.

Ceux de gauche ont aussi des responsabilités - peu de responsabilités se rencontrent. Lundi, j'ai demandé au bureau de la chef de la minorité de la Chambre, Nancy Pelosi (D-Calif.), Sa déclaration de condamnation.

À son crédit, Pelosi a publié mardi une déclaration forte: «Les actes de violence perpétrés ce mercredi par des personnes qui se disent antifa à Berkeley méritent d’être condamnés sans équivoque.

Les auteurs doivent être arrêtés et poursuivis. En Californie, comme dans l'ensemble de notre grand pays, nous respectons profondément le droit constitutionnel à la dissidence pacifique et à la liberté d'expression. La non-violence est fondamentale pour ce droit.

Bien pour elle Alors, pourquoi les plus démocrates n’ont-ils pas fait de même? Après Charlottesville, les médias ont demandé à juste titre au président Trump et à tous les républicains de condamner les néo-nazis et le KKK.

Où sont donc les appels lancés aux démocrates pour qu'ils condamnent l'antifa - et la condamnation publique brutale de ceux qui ne le font pas? Si des néo-nazis vêtus de noir avaient attaqué des manifestants pacifiques lors d'une marche du «non au racisme en Amérique» à Berkeley, les politiciens à Washington s'empêcheraient d'exprimer leur dégoût - et quiconque ne le ferait pas serait vilifié. Mais lorsque les néo-communistes commettent ce type de violence, ils obtiennent un laissez-passer de la gauche.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité