Publicité
Publicité

La Coop des Récoltes - Est-ce un endroit fréquenté par les Antifas ?

 

Dernièrement on à appris que La Coop des Récoltes, un bar resto, ( Une coopérative mise sur pied par le groupe (GRIP) de l'UQAM,  situé dans le quartier Latin, 1679-1681 rue Saint-Denis, (Montréal)  à refusé à l'humoriste de présenté son spectacle à cause de ses dreads (cheveux  dreads ou locks ou encore rastas.

Dans un message sur Facebook, dans la mise au point, la coopérative d'écrit cela comme de l'appropriation culturelle,  (l'histoire), (les dreadlocks ont été portées par différents peuples),  qui plus, pour la coopérative c'est une forme de violence.

Mais voilà maintenant que La Coop des Récoltes se contredit, car sur un message qu'elle a elle même publié sur Facebook, elle vient à la défense d'un jeune pratiquant le sport, la lutte qui a été obliger de couper ses dreads et on demande de signer une pétition.   (deux poids, deux mesures)

Voyons maintenant pour cette coopérative ce qui est autorisé à être présenté dans ces lieux de non violence : 

Voilà deux petites publications sur Facebook qui démontre clairement un parti pris pour les antifas

Voici quelques liens intéressant sur le site internet du Groupe GRIP UQAM:

 

Enfin,  La Coop des Récoltes voulait peut-être seulement que l'on parle d'elle !  Car tout le monde sait que les Antifas,  ce groupe est considéré comme l'un des plus organisé et violent au monde. 

Je vous laisse avec cette petite vidéo très éducative sur le groupe QPIRG

voici ce que déclare Zach Poitras

Tout d'abord, la vraie histoire. Il y a quelques semaines, j'ai demandé à Mathieu Sale si je pouvais venir sur sa soirée à la COOP pour présenter un numéro sur le fait que je suis genderfluid. Je trouvais que le Snowflake Comédie Club était la meilleure place pour ce genre de numéro. Il y a une semaine et demie, il m'écrit pour me dire que le CA de la COOP (Constitué de personnes blanches ET racisées) on conclut qu'à cause de mes dreads, je ne serais pas les bienvenues sur scène pour performer ainsi qu'en tant que spéctateurs. (Je n'étais pas encore booké malgrés ce que les gens disent). Déçu et un peu fâché, j'en parle avec quelques collègues humoristes.

Deux jours plus tard, François Touz me demande s'il peut faire une publication sur le sujet. J'accepte. La publication explose. La COOP répond avec leurs précisions sur le sujet et la polémique était lancée.

Ils en parlent à l'émission de Paul Arcand au 98.5 et dans tous les médias, par la suite. (C'est rendu mondial cette histoire là)

Les commentaires vont dans tous les sens. Les gens qui supportent la COOP vont trop loin. Les gens qui me supportent vont trop loin. Richard Martineau, Mathieu Bock-Coté et autres polémistes ont prit cette histoire et ont décidé d'en faire une bataille contre la gauche. Se servant de ma face comme "Poster boy", ils disent n'importe quoi pour vendre leur journal/émission. J'ai dù refuser une trentaine de demandes d'entrevues depuis lundi. Je n'irai pas donner mon opinion à des gens qui vont transformer ma parole pour créditer leurs opinions à eux. Pour créer un creux encore plus grand entre les communautés.

D'ailleurs, si tu penses qu'en 2019 "ON NE PEUT PLUS RIEN DIRE" bien je crois que tu te trompes. On peut dire ce que l'on veut. Mais il faut le faire de la bonne façon. Le monde change et je souhaite changer avec lui. Par contre, je trouve que les gens deviennent un peu trop fragile avec certaines choses. Et je parle bien-sûr des deux côtés. D'un côté on m'interdit de jouer à cause des mes cheveux (Pas mes propos) et de l'autre on me dit de poursuivre l'endroit en justice. On se calme s.v.p.

Je dois dire que la COOP et moi avons été en contact et qu'il n'y a pas vraiment de conflit entre les deux parties. Nous sommes beaucoup plus alliés en ce qui concerne l'inclusivité et dans nos valeurs que vous pouvez tous le croire en ce moment.

Je ne crois pas que c'est à nous les blanc de decider de ce qui est raciste ou de lappropriation culturelle. La seule bonne réaction à avoir c'est d'être sensible à leur sentiment face à ca. Parce que si on a le débat en ce moment, c'est qu'il y a clairement des personnes racisées qui ont un malaise avec ça. Pas tous, mais certains. Personnellement, je ne suis pas d'accord avec l'opinion de ces gens par rapport au dreads. Et c'est correct. Dans la vie, on ne peut pas être d'accord avec tout le monde sur tout. J'ai des amis très proches avec qui j'ai des opinions divergentes sur certains sujets.

Lire que je suis un raciste à cause de mes cheveux, je trouve ça un peu absurde. Je crois qu'on ne tappe pas sur le bon clous. Les gens de cette COOP et moi avons les mêmes combats, mais on ne s'y prend peut-être pas de la même façon. S'ils trouvent que je n'ai pas ma place là-bas, c'est bien correct. Nous sommes dans une époque trouble où l'on marche sur des oeufs. Beaucoup de gens on des remords pour des actes du passé. En même temps, qui a raison? Moi? Eux? Les autres? Je ne sais pas.

Pour ce qui est de mes collègues humoristes qui souhaite boycotter l'endroit, libre à vous, mais je ne crois pas que ce soit la bonne solution. La COOP les récoltes a sa place et malgrés nos idées différentes sur le sujet des dreads, je vais continuer à me battre pour que cet endroit continue son travail d'inclusivité et de "safe place". Certaines personnes ont besoin d'un endroit comme celui là.

Merci à tout ceux et celles qui me supportent depuis le début. Ça été une semaine de fou dont je me serais passé avec plaisir.

Sur ce, puisque je suis maintenant un humoriste "connu mondialement" mais que personne a entendu une seule blague de ma part, je vais aller en écrire. Parce que tout ce que je veux, dans le fond, c'est de faire rire les gens.

Gros love.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité