Publicité
Publicité

Un antifa attaque un journaliste The Rebel Media - Convoi de camionneurs pro-pipelines

 

Le  journaliste de Calgary, Keean Bexte, a été agressé par un militant de gauche alors qu'il couvrait le convoi de pro-pipelines United We Roll à Ottawa.

Celui-ci était présent pour couvrir les discours officiels prononcés par les membres de United We Roll.  Keean était donc parmi les antifa, juste pour leur demander leur avis et il était en train de parler à un gars - le gars avec les lunettes d'aviateur, quand un autre voyou s’est faufilé derrière et la frapper.

Évidemment cela n’a pas blessé Keean. Mais c'est tout de même choquant son téléphone à été endommagé. Et plus précisément, c'était un geste de violence gratuit.

Le voici


Et les policiers n'ont rien fait. En fait,  la police lui aurait dit que s'il voulait porter plainte, il devrait appeler le service de police. Ils étaient juste là. Mais ils s'en foutent, ils sont à la solde du ministre Justin Trudeau. Mais imaginé si ça avait été le contraire, il serait rapidement emprisonné dans un poste de police.


Il y a quelques semaines, deux autres journalistes The Rebel ont été attaqués. Encore une fois, ils n’ont pas été battus à mort. Je ne pense pas qu’ils aient même été blessés,  mais alors, on est rendu qu'on s'en prend aux journalistes, surtout des journaliste dites de la droite.

Les Journaliste étaient sur le point de partir de l'hotel Radisson, le journaliste Menzies a même commencé à dire qu'il partait, mais avant même termine sa phrase, il se sont fait frappé.

The Rebel Media à intenté une action en justice devant la Cour supérieure de justice de l'Ontario contre l'hôtel Radisson, Toronto East et leur directeur, David Strong, au nom de nos employés, David Menzies et Efron.

The Rebel Media ne poursuit pas des millions de personnes. Personne n'a été blessés à gravement.  L’argent n’est même pas l’essentiel, Le media poursuit pour seulement 10 000 $ chacun, pour un total de 20 000 $.

The Rebel Medias : Nous allons payer beaucoup plus que cela juste en frais juridiques.  Nous poursuivons pour faire valoir un point - vous ne pouvez pas frapper les gens.  Même si vous n'êtes pas d'accord avec eux. Vous ne pouvez pas faire cela, que ce soit une personne ou une entreprise de plusieurs milliards de dollars comme l'hotel Radisson.

Ce n'est pas la première fois que l'on frappent les journalistes The Rebel Media.

Bien sûr, ce n’est pas la première fois qu’un journaliste rebelle est agressé. Le pire c'était quand un féministe nommé Dion Bews a frappé notre journaliste collaboratrice Sheila Gunn Reid - lors d’une marche des femmes, pas moins.

La CBC à eu un pris parti pour le voyou dans ses reportages, essayant de l’humaniser et de le dépeindre comme une victime. En fin de compte, Dion Bews a été déclaré coupable, mais à cause d'une erreur de la part du tribunal, il a eu une tape sur les doigts.

Bews à été poursuivi devant un tribunal civil pendant plus d'un an et nous avons finalement obtenu justice sous la forme d'une ordonnance du tribunal. Voici ce que le juge qui a maintenu notre action en justice contre le voyou Dion Bews avait à dire:

M. Bews a droit à ses opinions politiques, et le demandeur et The Rebel ont droit à leurs opinions politiques. Cependant, M. Bews n'était pas autorisé à commettre des voies de fait et des coups de poing parce que ses opinions politiques étaient différentes de celles du demandeur ou du rebelle.

Cela nous a coûté à Rebel plus de 30 000 $ en frais juridiques. Bews n’avait payé que 3 500 dollars à Sheila et, pour le restant de ses jours, il sera considéré comme le féministe lâche qui frappe les femmes.

Aider The Rebel Media à identifier le voyou Antifa

Si vous pouvez aider à identifier le voyou Antifa qui a frappé Keean, veuillez envoyer un courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. avec son identité. Nous vous tiendrons confidentiels. Si vous êtes le premier à l'identifier de manière positive, nous vous paierons 500 $.

Ne faites pas la loi entre vos mains. Pas de vigilance, s'il vous plaît. Dites-nous simplement qui il est et nous ferons le reste - nous le ferons passer devant la justice, comme nous l'avons fait avec Dion Bews.

Publicité
Publicité