Publicité
Publicité

Alors que le monde réclame plus, les Canadiens sont laissés à eux même

 

Crédit

C’est une tragédie nationale.

Chaque mois, plus d’un million de Canadiens se tournent vers les banques alimentaires car ils n’ont pas assez à manger.

«Il y a une idée fausse selon laquelle la faim n'existe pas dans des pays comme le Canada… que les enfants ne souffrent pas de la faim [ici] ou que cela ne peut pas vous arriver», a déclaré Chris Hatch, directeur général de Banques alimentaires Canada. disant dans un article de Global News la semaine dernière.

«La discussion… a encore beaucoup à faire pour concrétiser notre vision d'un Canada où personne n'a faim.»

Selon une nouvelle étude menée par Banques alimentaires Canada, un réseau de plus de 600 banques alimentaires permet de nourrir plus d'un million de Canadiens par mois.

Il est difficile de croire qu’une telle crise puisse exister lorsque le Canada envoie chaque année environ 5 milliards de dollars d’aide étrangère à l’étranger. Et ce n’est pas la fin. Le Canada s’est engagé à fournir 2 milliards de dollars supplémentaires au cours des cinq prochaines années et on l’encourage toujours à fournir davantage d’aide à l’étranger.

Mais attendez une minute! Qu'en est-il de notre propre peuple? Qu'en est-il des Canadiens?

Selon Canadiens sans pauvreté, près de cinq millions de personnes au Canada - soit une personne sur sept - vivent actuellement dans la pauvreté.

Voici des statistiques sur la réalité actuelle de la pauvreté au Canada:

Au Canada, 1 personne sur 7 (ou 4,9 millions) vit dans la pauvreté.

  • À Edmonton, 1 personne sur 8 vit actuellement dans la pauvreté.
  • La pauvreté coûte au Canada des milliards de dollars chaque année.
  • L'emploi précaire a augmenté de près de 50% au cours des deux dernières décennies.
  • Entre 1980 et 2005, les gains moyens des Canadiens les moins riches ont diminué de 20%.

Au cours des 25 dernières années, la population canadienne a augmenté de 30%, mais les investissements nationaux annuels dans le logement ont diminué de 46%.

Global News a raconté l’histoire du programme Fight Hunger Spark Change de Walmart Canada. Son objectif est d'amasser des fonds pour les Canadiens affamés.

Une personne est en situation d'insécurité alimentaire lorsqu'elle dispose d'un accès insuffisant ou incertain à la nourriture en raison de contraintes financières.

Selon PROOF, une équipe de recherche interdisciplinaire chargée de la recherche sur l'insécurité alimentaire des ménages au Canada, un ménage sur huit au Canada est en insécurité alimentaire. Cela représente plus de quatre millions de Canadiens, dont 1,15 million d'enfants, vivant dans des foyers qui ont du mal à se nourrir.

L'objectif de ce programme de recherche est d'identifier des approches politiques efficaces pour réduire l'insécurité alimentaire des ménages, définie comme l'accès insuffisant ou non sécurisé à la nourriture en raison de contraintes financières.

Pour combler cette lacune, Banques alimentaires Canada distribue environ 200 millions de livres d'aliments essentiels aux Canadiens dans le besoin. Ce montant est en augmentation constante.

Rien qu'en mars 2018, plus d'un million de personnes ont visité des banques alimentaires au Canada.

«Nous savons… que les gens se tournent vers les banques alimentaires en dernier recours, lorsque toutes les autres options ont été épuisées», a déclaré Hatch.

Le Daily Bread Food Bank à Toronto note dans un rapport de 2018 que 8% des utilisateurs de Daily Bread étaient des personnes âgées. Ce nombre a augmenté de cinq pour cent depuis 2008.

Il est clair que la faim est un problème au Canada. Alors, pourquoi le gouvernement ne l'attaque-t-il pas?

Un article de CBC News en décembre, selon lequel les banques alimentaires ne suffisent pas pour lutter contre la faim au Canada.

«Il sera peut-être encore plus difficile pour les familles vulnérables du Canada de mettre de la nourriture sur la table l'année prochaine, selon le Rapport sur le prix des denrées alimentaires Canada 2019, une analyse indépendante annuelle produite par l'Université Dalhousie à Halifax et l'Université de Guelph», selon Duncan McCue de CBC Radio rapporté.

Les auteurs du rapport estiment que les prix des produits alimentaires augmenteront de 1,5 à 3,5% l’année prochaine. Cela signifie que la famille canadienne moyenne de quatre personnes dépensera 411 $ de plus l'an prochain pour les factures d'épicerie.

Les banques alimentaires du pays demandent de plus en plus de dons à mesure que la demande augmente, mais le chef de l'une des plus importantes organisations de sécurité alimentaire à but non lucratif au Canada a déclaré que les banques alimentaires ne devraient pas être la solution par défaut à l'insécurité alimentaire", poursuit McCue.

«Chacun de nous, quand nous avons un ami, un voisin, un membre de la communauté, un collègue qui a faim, nous sentons tous un impératif moral de répondre», a déclaré Paul Taylor, directeur exécutif de Foodshare Toronto.

"Mais, il est vraiment dangereux de consacrer davantage les banques alimentaires comme notre réponse par défaut.

Alors, quelle devrait être la réponse par défaut? Pourquoi ne pas répondre au problème de la faim au Canada en réorientant une partie des 5 milliards de dollars que le Canada envoie à l’étranger pour nourrir les Canadiens plutôt que de nourrir les Canadiens? Oh, bien sûr, les Nations Unies et toutes les grandes perruques du monde entier veulent que le Canada fournisse plus d'argent pour nourrir le monde.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité