Publicité
Publicité

Après 17 années de lutte pour déportation liée à des liens terroristes présumés, un homme de Toronto poursuit le gouvernement fédéral pour 34 M $

Entre 1999 et 2016, le gouvernement a signé trois certificats de sécurité portant le nom de Jaballah. Tous n'ont finalement pas réussi à se présenter devant les tribunaux.

OTTAWA - L'un des cas les plus anciens en matière de sécurité nationale au Canada a donné lieu à un important litige civil, alors qu'un ressortissant égyptien originaire de Toronto poursuit le gouvernement fédéral pour avoir tenté à plusieurs reprises de le déporter en raison de ses liens présumés avec les attentats terroristes de 1998 contre les ambassades américaines en Afrique.

Le gouvernement fédéral a arrêté Mahmoud Jaballah pour la première fois en 1999 en utilisant un certificat de sécurité nationale, un outil controversé qui utilise des preuves classifiées tenues secrètes de l'accusé. Cela a lancé une bataille de 17 ans entre Jaballah et le gouvernement fédéral sur la légitimité et la constitutionnalité des certificats. Jaballah a toujours soutenu que les allégations portées contre lui étaient fausses.

Une personne désignée dans un certificat en tant que risque de sécurité pour le Canada peut être expulsée en vertu du droit de l'immigration. Entre 1999 et 2016, le gouvernement a signé trois certificats de sécurité portant le nom de Jaballah, qui ont tous échoué à se présenter devant les tribunaux. L’affaire du gouvernement est finalement morte devant la Cour d’appel fédérale en octobre 2016.

Jaballah a maintenant déposé une déclaration réclamant des dommages-intérêts généraux pour lui, sa femme et ses six enfants totalisant 34 millions de dollars, auxquels s’ajoutent 3,4 millions de dollars en dommages-intérêts majorés et punitifs. La poursuite a été déposée à Toronto devant la Cour supérieure de justice de l'Ontario le 28 novembre 2018.

Les certificats de sécurité ont longtemps fait craindre au Canada que leur secret empêche les accusés de se défendre. En 2007, la Cour suprême du Canada a déclaré que le régime des certificats était inconstitutionnel dans l’affaire historique R. c. Charkaoui. Un nouveau régime a été mis en place, qui fait appel à des "avocats spéciaux", des avocats qui peuvent consulter les preuves mais ne peuvent toujours pas les communiquer à l'accusé.

Jaballah est arrivé au Canada avec sa famille en mai 1996 avec de faux passeports saoudiens. La famille a revendiqué le statut de réfugié, évoquant la persécution des autorités égyptiennes qui l'accusaient de liens avec des terroristes d'Al-Qaïda.

Selon la déclaration, le Service canadien du renseignement de sécurité a immédiatement ouvert une enquête sur Jaballah, notamment en le surveillant et en mettant son téléphone sous écoute. Il a été interrogé à plusieurs reprises en 1998 par des agents du SCRS. Jaballah a été arrêté le 31 mars 1999 en vertu d'un certificat le désignant comme un risque pour la sécurité du Canada. Le certificat a été annulé pour insuffisance de preuves par un juge de la Cour fédérale en novembre 1999 et Jaballah a été libéré.

Jaballah a de nouveau été arrêté en août 2001 après que le gouvernement eut annoncé de nouvelles preuves et signé un deuxième certificat. Il passera les six prochaines années en détention, engagera une bataille juridique contre le certificat et les efforts du gouvernement pour le faire expulser. Il a affirmé qu'il serait torturé s'il était renvoyé en Égypte. En 2006 et 2007, il aurait entamé deux grèves de la faim au Centre de surveillance de l'immigration de Kingston pour protester contre ses conditions de détention.

Au printemps 2007, à la suite de la décision de Charkaoui selon laquelle les certificats étaient inconstitutionnels, Jaballah a été mis en résidence surveillée alors que le gouvernement discutait de la manière de réagir à la décision de la Cour suprême.

Le 22 février 2008, le gouvernement a signé un troisième certificat portant le nom de Jaballah. Le certificat décrivait publiquement pour la première fois certains détails du cas, y compris l’affirmation du gouvernement selon laquelle Jaballah avait aidé les cellules terroristes à faire connaître les attentats à la bombe perpétrés en 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, qui avaient coûté la vie à plus de 200 personnes.

Entre 2008 et 2016, Jaballah est resté sous diverses conditions d'assignation à résidence. Un ensemble complexe de procédures judiciaires ont eu lieu, en grande partie secrètement par des avocats spéciaux représentant Jaballah, dans le but de faire rejeter le certificat pour abus de procédure.

Les avocats de Jaballah ont affirmé que les preuves étaient insuffisantes et comprenaient des renseignements étrangers obtenus par la torture. Le SCRS a également admis à ce moment-là qu'il avait écouté des appels téléphoniques entre Jaballah et ses avocats.

Finalement, en juin 2016, la Cour fédérale a jugé que la preuve contre Jaballah n'était pas assez solide et que le certificat était donc déraisonnable. Jaballah a été libéré de toutes les conditions restantes de sa détention à domicile. L’appel du gouvernement a été rejeté.

Le procès prétend que les droits de Jaballah ont été sérieusement violés par le gouvernement, non seulement en raison de l'utilisation du régime des certificats, mais également en raison des "menaces répétées et des tentatives d'expulsion de Jaballah en Égypte, où il risquait fort d'être torturé". sa famille a été victime de sa détention et des conditions de sa détention à domicile, notamment du fait qu'un de ses enfants a été expulsé en 2012 après avoir été reconnu coupable d'infractions pénales liées aux gangs.

Le procès affirme que l'enquête du gouvernement sur lui était négligente et complice des violations des droits de l'homme en Égypte. Jaballah a également été diffamé par la couverture médiatique des accusations portées contre lui, affirmant que cela détruisait sa réputation, lui faisait perdre de nombreux amis et le "rendait effectivement inutilisable".

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité