Publicité
Publicité

«Génocide pur»: plus de 6 000 chrétiens nigérians égorgés, des femmes et des enfants

 

LES MÉDIAS EN PARLENT PAS.

Les dirigeants d'église au Nigeria ont déclaré que les chrétiens subissaient un "génocide pur" puisque 6000 personnes, principalement des femmes et des enfants, ont été assassinées par des radicaux peuls depuis janvier.

"Ce qui se passe dans l'État du Plateau et dans d'autres États nigérians est un pur génocide et doit être immédiatement arrêté", a déclaré dans un communiqué de presse la Christian Association of Nigeria et les responsables d'église de l'État de Plateau dans l'État de Plateau.

Les responsables de l'église ont déclaré que "plus de 6 000 personnes, principalement des enfants, des femmes et des personnes âgées, ont été mutilés et tués au cours de raids nocturnes menés par des éleveurs Peuls armés", ce qui incite le gouvernement nigérien à "cesser ces pertes de sang insensées et sanglantes" la terre et d'éviter un état d'anarchie complète où le peuple est obligé de se défendre. "

Le communiqué de presse a également exhorté la communauté internationale, ainsi que les Nations Unies, à intervenir dans les attaques des Fulani, craignant qu'elles ne se propagent également à d'autres pays.

"Nous sommes particulièrement inquiets devant l'insécurité généralisée dans le pays, où des bergers, des bandits et des terroristes armés commettent régulièrement des attaques et des meurtres commis dans nos communautés, malgré des investissements considérables dans les agences de sécurité", ont-ils ajouté. Le président Muhammadu Buhari n'a pas réussi à traduire les agresseurs en justice.

Ils ont fait référence à plusieurs attaques massives cette année, dont le massacre de plus de 200 personnes, principalement des chrétiens, à la fin du mois de juin, lors de raids menés par les gardiens de troupeaux contre des agriculteurs de la région de la ville de Jos.

Bien que certains médias internationaux aient tenté de qualifier les meurtres de conflit foncier entre groupes communautaires, les dirigeants de l'église, ainsi que d'importants groupes de surveillance de la persécution tels que Open Doors USA et International Christian Concern, ont tous affirmé que les chrétiens étaient délibérément pris pour cibles.

"Nous rejetons le récit selon lequel les attaques contre les communautés chrétiennes à travers le pays sont des" affrontements d'agriculteurs / de bergers ". Le gouvernement fédéral a été tellement plongé dans cette fausse propagande et tromperie tout en défendant avec force l’idée politique d’établir des ranchs / colonies de bétail sur les terres agricoles ancestrales des communautés attaquées pour les bergers Fulani, comme la seule solution au problème ", indique le communiqué. a déclaré, accusant le gouvernement de pousser également un tel récit.

"Comment peut-il s'agir d'un affrontement lorsqu'un groupe attaque, tue, mutile, détruit de façon persistante et que l'autre groupe est constamment tué, mutilé et leurs lieux de culte détruits? Comment peut-il s'agir d'un affrontement lorsque les gardiens de troupeaux chassent des agriculteurs en leurs propres villages / communautés et les agriculteurs courent pour leur vie? " les responsables de l'église ont demandé.

"Comment peut-il y avoir un choc lorsque les gardiens de troupeaux sont les prédateurs et les agriculteurs / agriculteurs indigènes sont la proie? Jusqu'à ce que nous appelions une maladie par son vrai nom et ses causes, il serait difficile de diagnostiquer correctement la maladie pour les médicaments curatifs appropriés. "

Différents rapports ont été rapportés sur le nombre de chrétiens tués au Nigéria depuis le début de l'année.

La Société internationale pour les libertés civiles et l’état de droit, Intersociety, a déclaré mardi que 1 750 chrétiens et des non-musulmans ont été tués à la fois par les gardiens de troupeaux Fulani et par les radicaux Boko Haram, qui sont un groupe séparé. groupe terroriste.

Intersociety a également mis en garde contre un génocide dans sa déclaration.

"Le Nigéria se dirige vers [une voie de] génocide en tuant, mutilant, incendiant et détruisant des églises et autres lieux de culte sacrés, et en saisissant et en occupant de force les terres ancestrales, de culte, agricoles et d'habitations des chrétiens autochtones et d'autres religieux religieux. dans le nord du Nigeria ", a-t-il déclaré.

L'évêque catholique romain William Avenya, évêque de Gboko, a confié séparément à l'organisation caritative «Aide à l'Eglise en détresse» que le monde ne pouvait pas attendre un génocide complet avant de décider d'intervenir.

"S'il vous plaît, ne commettez pas la même erreur que lors du génocide au Rwanda", a-t-il plaidé, évoquant le massacre du peuple tutsi au Rwanda, où près d'un million de personnes ont été tuées en 1994.

"Cela s'est passé sous notre nez, mais personne ne l'a arrêté. Et nous savons bien comment cela s'est terminé", a déclaré Avenya.

 

Publicité
Publicité