Publicité
Publicité

 

La question qu’il faut se poser ou bien la poser à nos « z’élus » est pourquoi allons-nous accepter de dilapider presque un siècle d’avancées sur le plan social ?

Publicité