Le SCRS détruit un dossier secret sur Pierre Trudeau

Les services d’espionnage canadiens ont détruit un dossier sur la guerre froide concernant Pierre Trudeau en 1989 au lieu de le remettre aux archives nationales, a appris la Presse canadienne.

Le Service canadien du renseignement de sécurité a déclaré que le dossier secret de l'ancien Premier ministre avait été supprimé, car il était en deçà du seuil légal de conservation par le service ou les archives.

La nouvelle de la décision de purger le dossier, qui n'apparaît que trois décennies plus tard, a sidéré et déçu les historiens.

«C’est scandaleux, il n’ya pas d’autre mot pour le décrire», a déclaré John English, auteur d’une biographie acclamée de Trudeau. "C’est une tragédie que cela se produise et je pense que l’explication est faible."

Steve Hewitt, qui a passé des années à faire la chronique des services de sécurité du pays, a qualifié la destruction de «crime contre l’histoire du Canada».

«Cette destruction sans nécessité appelle une intervention parlementaire pour faire en sorte que les documents historiquement importants détenus par les agences gouvernementales soient préservés au lieu de disparaître dans un trou de mémoire orwellien», a déclaré Hewitt, maître de conférences à l'Université de Birmingham.

Le dossier Trudeau faisait partie des centaines de milliers de personnes dont la Mounties avait hérité dans les années 1980 après la dissolution du Service de sécurité de la GRC à la suite d'une série de scandales.

Dans l'espoir de découvrir des subversions susceptibles de perturber l'ordre établi, les espions de la GRC ont observé un nombre impressionnant de groupes et d'individus, allant des universitaires aux syndicats, en passant par les environnementalistes, les groupes de défense de la paix et même les politiciens.

En 1988, James Kelleher, le ministre fédéral responsable du SCRS à l'époque, avait ordonné aux services d'espionnage de trier l'ensemble des fichiers qui en résultaient.

Certains dossiers de la GRC, y compris de volumineux dossiers sur le premier ministre du Québec, René Lévesque, et les chefs du NPD, David Lewis et Tommy Douglas, ont été envoyés aux archives nationales.

D'autres ont été détruits, notamment des dossiers sur les premiers ministres John Diefenbaker et Lester Pearson. D’autres dossiers, jugés avoir une valeur actuelle à l’époque, ont été transférés aux services de renseignements actifs du SCRS.

Les dossiers de sécurité sur des personnes ne peuvent être divulgués en vertu de la Loi sur l’accès à l’information que 20 ans après le décès de cette personne. Jusque-là, même l’existence d’un fichier est secrète pour des raisons de confidentialité.

Des rumeurs concernant un dossier sur Trudeau, le troisième plus ancien premier ministre du Canada, circulent depuis des décennies.

Un mémo de 1959 dans le dossier de la GRC de Lavesque indique que des agents d'infiltration ont dûment noté la présence de Trudeau à une réunion animée par un artiste montréalais.

Le Federal Bureau of Investigation des États-Unis, qui travaille depuis longtemps en étroite collaboration avec la police montée, a surveillé Trudeau pendant plus de 30 ans. .

Le dossier fortement censuré du bureau, de 151 pages, a été publié en vertu de la loi américaine sur la liberté d’information quelques mois à peine après la mort de Trudeau en septembre 2000, conformément aux pratiques de divulgation américaines.

La Presse Canadienne a récemment demandé à Bibliothèque et Archives Canada et au SCRS, conformément à la loi sur l’accès, le dossier de la GRC de l’ancien Premier Ministre avant le 20e anniversaire de son décès l’année prochaine, étant donné que le traitement de telles demandes peut prendre plusieurs mois.

Les archives ont rapidement répondu qu'il n'y avait pas de dossier Trudeau. Le SCRS a indiqué dans ses archives que le dossier avait été détruit le 30 janvier 1989.

Dans une réponse écrite aux questions, le service d’espionnage a déclaré qu’une analyse du dossier Trudeau effectuée en 1988 concluait qu’il n’avait pas atteint le seuil fixé dans la Loi sur le SCRS pour justifier le maintien de son inventaire actif. Le dossier était également en deçà des critères de préservation définis par les archives nationales et a donc été détruit l'année suivante, a ajouté le SCRS.

«Le SCRS prend très au sérieux les considérations de confidentialité liées à son travail. Nous nous sommes engagés à veiller à ce que la conservation des informations continue à être conforme à toutes les lois et à toutes les instructions ministérielles », a déclaré l'agence.

De plus, les lignes directrices et les règlements établis par les archives «sont toujours suivis pour déterminer si les fonds du SCRS ont une valeur archivistique».

Le SCRS a refusé de préciser la raison pour laquelle le dossier Trudeau a été purgé.

Cependant, lorsque la destruction des fichiers Pearson et Diefenbaker a été révélée, il y a sept ans, les services d'espionnage ont constaté qu'ils avaient probablement été compilés au plus fort de la guerre froide avec l'Union soviétique.

«C’est un moment où, comme le soutiennent certains historiens, la communauté de la sécurité a parfois été confrontée à des menaces qui, un recul après 20 à 20 ans, pourraient sembler exagérées pour nous aujourd’hui.»

Le SCRS a souligné qu'un tel comportement avait incité le gouvernement fédéral à dissocier le renseignement de sécurité des forces de l'ordre, ce qui a conduit à la création du SCRS, un organisme civil.

Les historiens disent que cela n'excuse pas d'effacer du dossier national les dossiers de sécurité d'anciens premiers ministres.

C'est le genre de pratique "attendu d'un État autoritaire et non d'une démocratie proprement dite qui valorise son histoire", a déclaré Hewitt.

Source : theglobeandmail.com

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.


Code de sécurité
Rafraîchir

Médias Fake News

Novavax 88 millions de doses, La Presse informe que partiellement

Incitation à la violence - Le Journal de Montréal et TVA Nouvelles

Incitation à la violence - Le Journal de Montréal et TVA Nouvelles

Quand La Presse n'a pas d'arguments à apporter sur le « grand remplacement »

Quand La Presse n'a pas d'arguments à apporter sur le « grand remplacement »

Emmanuelle Latraverse suspend son compte parce que Facebook ne censure pas le Président Trump..

La Presse - OBNL fait les éloges d'un violeur abattu par des policiers

La Presse - OBNL fait les éloges d'un violeur abattu par des policiers

Radio-Canada - CBC une source de désinformation - Trump perd l’appui des militaires

Radio-Canada - CBC une source de désinformation - Trump perd l’appui des militaires

Un jeune homme devenu agressif en écoutant TVA Nouvelles ? - COVID-19

Un jeune homme devenu agressif en écoutant TVA Nouvelles ? - COVID-19

Article supprimé par Radio-Canada (L’achat de vaccins contre la COVID-19 embrouillé par des conflits d’intérêts)

Article supprimé par Radio-Canada (L’achat de vaccins contre la COVID-19 embrouillé par des conflits d’intérêts)

Encore une fois les médias traditionnels se trompent - TVA - Radio-Canada - La Presse - Le Devoir - Le Soleil

Encore une fois les médias traditionnels se trompent - TVA - Radio-Canada - La Presse - Le Devoir - Le Soleil

Les médias Fake News ne vous parlent pas de la défaite de Soros

Les médias Fake News ne vous parlent pas de la défaite de Soros

Qui n'aurait pas tomber dans le panneau ? - Kariane Bourassa TVA Nouvelles

Qui n'aurait pas tomber dans le panneau ? - Kariane Bourassa TVA Nouvelles

Au royaume de Big Médias,  le journalisme est mort!

Au royaume de Big Médias, le journalisme est mort!

Quand les médias tentent de faire changer l'opinion publique

Quand les médias tentent de faire changer l'opinion publique

La Presse demande l'aide au gouvernement du Québec, faites-moi rire!

La Presse demande l'aide au gouvernement du Québec, faites-moi rire!

Élisabeth Massicolli journaliste pour le magazine Clin D'oeil déferle sa haine sur Facebook

Élisabeth Massicolli journaliste pour le magazine Clin D'oeil déferle sa haine sur Facebook

À propos

Les Manchettes c'est un média alternatif qui respecte et encourage la liberté d’expression.

Il apporte de l'information vérifiée et sans le filtre des médias traditionnels, donne la parole sans exclusivité à tous celles ou ceux qui veulent faire la différence en utilisant leurs plumes.