Quand le gouvernement libéral finance l'extrême droite - la police nationale ukrainienne (NPU)

 

Alors que la ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, parcourait le monde pour tirer la sonnette d'alarme face à la menace du nationalisme blanc, Affaires mondiales Canada a discrètement financé et formé le néo-nazi infiltré dans la police nationale de l'Ukraine (NPU)

La NPU, créée en 2015 dans le cadre des réformes post-Euromaidan de l’ancien Président Petro Porochenko, devait remplacer la Militsiya corrompue de l’ancien régime.

Peu de temps après la création du nouveau service de police, Stéphane Dion, ministre des Affaires étrangères du Canada à l’époque, a annoncé un don de 8,1 millions de dollars pour financer la nouvelle unité de police nationale. Sur ce montant, 1,5 million de dollars devaient servir à mieux équiper les forces de police.

Depuis le début de la guerre civile ukrainienne en 2014, le Canada est l’un des alliés les plus virulents et les plus engagés de l’Ukraine dans sa lutte contre les séparatistes orientaux soutenus par la Russie.

Nous travaillons en étroite collaboration avec la police nationale d'Ukraine pour transformer le service de police ukrainien en une institution efficace, responsable et axée sur la communauté qui incarne la confiance du public, a déclaré Dion dans un communiqué.

Le projet, intitulé «Soutien à la formation de la police en Ukraine (SPTU)», impliquerait de former les forces de police ukrainiennes, de créer des académies de police à jour et de «sensibiliser davantage à la problématique hommes-femmes et aux droits de l'homme». La fin prévue était le 31 janvier. cette année.

Selon le site Web des opérations de la GRC, jusqu'à 45 agents de police canadiens ont été déployés en Ukraine pour participer au programme depuis 2015. Parallèlement, d'importants agents de police ukrainiens se sont rendus au Canada pour participer à des opérations de formation dans le pays.

Malgré l’intérêt du Canada pour la promotion des droits de l’homme auprès de la police nationale ukrainienne, le NPU a inquiété les organisations de défense des droits de l’homme en raison de ses liens présumés avec l’extrémisme d'extrême droite et de l'infiltration de sympathisants néo-nazis.

Le 14 juin 2018, alors que le projet SPTU était toujours actif, Human Rights Watch (HRW) a publié une lettre conjointe appelant les autorités ukrainiennes à «condamner fermement et à combattre efficacement les attaques et les actes d'intimidation perpétrés par des groupes radicaux qui promeuvent la haine et la discrimination».

La déclaration, qui s'adressait en partie au ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov, qui supervise les activités de police de l'Ukraine, a également détaillé quatre cas particuliers d'extrémistes violents qui ont perturbé, intimidé ou agressé des manifestants ou des minorités pacifiques.

Dans un cas du 8 mars 2018, HRW décrit comment «des membres de groupes radicaux ont attaqué les participantes à la Marche des femmes à Kiev, les agressant physiquement et utilisant un spray au poivre. Les policiers présents sur les lieux se sont contentés d’observer les attaques et n’ont pris aucune mesure pour les arrêter ou les détenir. »

Une autre affaire plus troublante concerne des membres du groupe néo-nazi violent du C14 qui poursuivent des femmes et des enfants roms avec des pierres et du gaz poivré après avoir brûlé leurs tentes. Au total, HRW cite «au moins deux douzaines» d’agressions violentes dans lesquelles les autorités de police se sont abstenues ou n’ont pas mené d’enquête comme il se doit.

Deux ans avant les incidents rapportés par HRW, le ministre Avakov a annoncé la nomination de Vadym Troyan au poste de chef de la police nationale par intérim. Cette nomination a effectivement fait de Troyan la plus haute personne chargée de mener à bien les réformes de la NPU jusqu'à la nomination de Serhiy Knyazev le 8 février 2017. Parallèlement à ses fonctions de chef de la police, Troyan a également exercé auprès d'Avakov les fonctions de chef du la région de Kiev, où les attaques anti-féministes ont eu lieu.

Troyan, qui a gravi les échelons du pouvoir de façon constante depuis les émeutes d'Euromaidan en tant que soldat compétent, a des liens bien documentés avec des groupes néo-nazis et d'extrême droite opérant en Ukraine.

Selon un reportage du Jerusalem Post, Troyan était un dirigeant actif à la fois du bataillon Azov et d’une organisation nationaliste blanche appelée "Patriot of Ukraine".

«Patriot of Ukraine» est un groupe paramilitaire néo-nazi fondé en 2005 dans le but de créer un État national-socialiste en Ukraine. Les membres du groupe sont responsables d'un certain nombre d'attaques violentes et de crimes de haine contre les minorités en Ukraine. Peu de temps après le début de la guerre civile ukrainienne, le groupe a été dissout en 2014 et nombre de ses membres ont fusionné pour former le bataillon Azov.

Azov, surnommé «ouvertement néo-nazi» par le New York Times, est un «détachement d'opérations spéciales» qui fonctionne légalement comme une branche de la Garde nationale de l'Ukraine. Human Rights Watch et les Nations Unies ont cité ce bataillon pour violations des droits de l'homme, notamment la torture de prisonniers et le pillage de biens de civils.

«Des allégations crédibles de torture et d’autres exactions flagrantes ont été perpétrées par les prétendus bataillons de volontaires ukrainiens Aidar et Azov», a affirmé un rapport de HRW.

«À notre avis, ce type ne devrait pas être proche des forces de l’ordre», a déclaré le grand rabbin Yaakov Dov Bleich, de Kiev, en 2014, à propos de la nomination de Troyan au poste de chef de la police à Kyiv.

Cependant, au-delà des affiliations extrémistes propres à Troyan, de nombreux membres de la NPU d’Ukraine ont exprimé leur large soutien à un collaborateur nazi connu.

Pas plus tard qu'en 2019, des officiers de police s'identifiaient en masse à des "banderites" pour soutenir Stephen Bandera, un collaborateur nazi de la Deuxième Guerre mondiale et nationaliste extrémiste ukrainien qui massacra des Juifs et des Polonais.

"Je m'excuse. Je suis un banderite aussi! Gloire à l’Ukraine! », Écrit Serhiy Knyazev, le remplaçant de Troyan.

Malgré les inquiétudes préoccupantes suscitées par les attitudes extrémistes de certains responsables de l’application de la loi ukrainiens, la participation du Canada dans le pays n’a fait que s’approfondir depuis l’élection de Justin Trudeau en 2015.

Sous la direction de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, le Canada a étendu son implication dans le conflit civil pour inclure «l'aide meurtrière».

À l’origine, lorsque le Canada est entré dans le conflit ukrainien, le gouvernement Harper a limité son action à une aide non meurtrière après avoir été repoussé par des groupes de défense des droits de l’homme.

Après son arrivée au pouvoir, le gouvernement libéral a étendu l’intervention du Canada dans le pays aux accords sur les armes légères et les fusils pour tireurs d’élite.

En ajoutant l'Ukraine à la liste de contrôle par pays des armes à feu automatiques en 2017, le ministère des Affaires étrangères du Canada a donné aux entrepreneurs le droit de vendre des armes automatiques à l'Ukraine.

Ce privilège a été étendu aux fusils de tireur d'élite de calibre .50 fabriqués au Canada en 2018.

Depuis ces accords, le gouvernement canadien n’a publié que très peu d’informations sur l’étendue des accords entre le Canada sur les armes et l’Ukraine.

En 2018, poussé par les journalistes à révéler davantage d'informations sur les ventes d'armes en Ukraine, Affaires mondiales Canada a refusé de donner une réponse claire.

«Chaque demande de permis sera évaluée au cas par cas afin d’assurer sa conformité avec les obligations internationales du Canada et avec les priorités en matière de politique étrangère et de défense», a déclaré le porte-parole, John Babcock. "Pour des raisons de confidentialité commerciale, le ministère ne commente aucune demande de licence d'exportation."

À ce jour, les Canadiens n’ont pas encore reçu d’informations sur leur implication en Ukraine ni sur la mesure dans laquelle les ressources des contribuables ont été utilisées pour financer des groupes ou des individus affiliés néo-nazis en Ukraine.

 

 

 

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.


Code de sécurité
Rafraîchir

La soirée est encore jeune de Radio-Canada - Xavier Camus

La soirée est encore jeune de Radio-Canada - Xavier Camus

Il faut lire La Presse ces jours-ci pour voir à quoi ressemble une entreprise de propagande maquillée en grand reportage.

Il faut lire La Presse ces jours-ci pour voir à quoi ressemble une entreprise de propagande maquillée en grand reportage.

Soleimani était un meurtrier, son chef" est aussi un meurtrier! »

Soleimani était un meurtrier, son chef" est aussi un meurtrier! »

Quand Radio-Canada fait la leçon - Fake News Trump

Quand Radio-Canada fait la leçon - Fake News Trump

Radio-Canada fait face à des plaintes de groupes de travailleurs migrants accusés de racisme et de préjudice aux migrants

Radio-Canada fait face à des plaintes de groupes de travailleurs migrants accusés de racisme et de préjudice aux migrants

Petit rappel au diffuseur de médias Radio-Canada, il semble avoir oublié!

Petit rappel au diffuseur de médias Radio-Canada, il semble avoir oublié!

Les médias traditionnels ont peur de perdre leurs places

Les médias traditionnels ont peur de perdre leurs places

Un journaliste de VICE EXPOSÉ en tant que leader de l'Antifa britannique

Un journaliste de VICE EXPOSÉ en tant que leader de l'Antifa britannique

Panique climatique - des décrypteurs décryptés - Radio-Canada

Panique climatique - des décrypteurs décryptés - Radio-Canada

Fake News - ABC News tente de passer des vidéos de tir au canon en tant que séquences de combat en Syrie

Fake News - ABC News tente de passer des vidéos de tir au canon en tant que séquences de combat en Syrie

Est-ce le Journal Métro s'adonne à la censure ?

Est-ce le Journal Métro s'adonne à la censure ?

C'est fini pour Capital Médias, kaput!! - Martin Cauchon, déclare faillite

C'est fini pour Capital Médias, kaput!! - Martin Cauchon, déclare faillite

Le danger avec le média La Presse - OBNL - l'extrême droite fait plus de victimes

Le danger avec le média La Presse - OBNL - l'extrême droite fait plus de victimes

Homme de « race blanche », El Paso

Homme de « race blanche », El Paso

Les méchants médias de gauche - Donald Trump / Jeffrey Epstein

Les méchants médias de gauche - Donald Trump / Jeffrey Epstein

Europe

À propos

Les Manchettes c'est un média alternatif qui respecte et encourage la liberté d’expression.

Il apporte de l'information vérifiée et sans le filtre des médias traditionnels, donne la parole sans exclusivité à tous celles ou ceux qui veulent faire la différence en utilisant leurs plumes.