Publicité
Publicité

Le monstre du Loch Ness

Le Loch Ness en Écosse fait plus de 300 m de profondeur. En 1934, un médecin londonien en vacances prit en photo un cou et une tête de reptile dépassant des eaux tourbeuses. La photographie du « monstre » fit sensation.

D'autres observations suivirent, comme lorsqu'un habitant, Lachlan Stuart, prêt pour la traite matinale, aperçut trois bosses. En I960, Tim Dinsdale fit le premier film de « Nessie » et, en 1961, le Bureau d'enquêtes sur les phénomènes du Loch Ness installa des observateurs et des appareils photo autour du lac pour vérifier la présence de créatures tapies dans ses fonds obscurs.

Nessie n'avait plus été observé jusqu'à ce que Robert Rines réalise un film, en 1975, convainquant le naturaliste Peter Scott qu'il y avait bien une espèce inconnue : d'un marron rougeâtre, la bête mesurait environ 4 m de long, avait un cou courbé et des nageoires. Une petite population de plésiosaures préhistoriques aurait-elle survécu dans le Loch Ness 2 11 y a d'autres histoires de bêtes dans les lacs écossais, tel Mhorag au Loch Morar.

Les images de Rines eurent un retentissement mondial. même si les géologues ridiculisèrent l'hypothèse d'un survivant de l'ère pré-glaciaire. Les sonars révèlent parfois des traces ou des objets non identifiés, mais en 2003, une enquête de la BBC utilisant des sonars et la technologie des satellites ne trouva rien. Des images continuent pourtant d'apparaître. En 2007, Gordon Holmes filma « quelque chose d'environ 13 rn de long ».

Cette observation a été mise en doute, tout comme une photo de 2011 montrant une chose tractant un bateau, considéré comme un amas d'algues par les sceptiques. En 2008, le Dr Rînes conclut que Nessie était peut-être mort. Sans corps, son existence demeure, selon les termes légaux écossais, « non prouvée ».

Le Dr George Zug, expert en reptiles à la Smithsonian Institution, aux États-Unis, donne son avis sur les images de Rines : « Je pense que ces données indiquent la présence de grands animaux dans le Loch Ness, mais qu'elles sont insuffisantes pour les identifier. »

Il est peu probable qu'un grand animal, préhistorique ou moderne, ait pu se développer dans le Loch Ness, à moins de pouvoir y entrer et en sortir par des rivières souterraines menant à la mer, Nessie peut s'expliquer de manière prosaïque par des plantes en décomposition, des vagues, des tourbillons, ou par la confusion avec des phoques ou des loutres.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité