Publicité
Publicité

Massacre de chrétiens en Syrie

Un massacre chrétien - avec des fosses communes, des femmes et des enfants torturés à mort et des églises détruites - a eu lieu récemment en Syrie, aux mains des «rebelles» djihadistes soutenus par les États-Unis et le gouvernement des États-Unis et son porte-parole des «grands médias» sont, comme d’habitude, silencieux.

Le massacre a eu lieu à Sadad, une ancienne habitation chrétienne syriaque orthodoxe, tellement ancienne qu’elle doit être mentionnée dans l’Ancien Testament. La plupart des habitants de la région sont pauvres, Sadad se trouvant dans le désert isolé entre Homs et Damas (régions désertiques, jusqu'à présent, apparemment les seuls endroits où les chrétiens syriens pouvaient se sentir en sécurité, 600 familles chrétiennes s'y étaient auparavant réfugiées pour se réfugier dans le jihad, être suivie par elle).

À la fin du mois d’octobre, 145 chrétiens - y compris des femmes et des enfants - ont été tués, plusieurs torturés à mort. Les 14 églises de Sadat, dont certaines anciennes, ont été saccagées et détruites.  Les corps de six personnes d'une même famille, âgés de 16 à 90 ans, ont été retrouvés au fond d'un puits (un destin de plus en plus courant pour les chrétiens.

Les djihadistes ont même fait une vidéo graphique (avec sous-titres en anglais) de ceux qu’ils ont massacrés, tout en criant le cri de victoire de l’islam, «Allahu Akbar». Une autre vidéo, réalisée après la libération de Sadad, montre davantage d'atrocités graphiques.

Ce qui s’est passé à Sadad, des civils innocents ont été martyrisés sans raison, et parmi eux plusieurs femmes et enfants, dont beaucoup ont été jetés dans des fosses communes.

D'autres civils ont été menacés et terrorisés pendant une semaine, 1 500 familles ont été retenues en otages et boucliers humains. Parmi eux, les enfants, les personnes âgées, les jeunes, les hommes et les femmes…. Toutes les maisons de Sadad ont été cambriolées et leurs biens pillés. Les églises sont endommagées et profanées, privées de livres anciens et de meubles précieux.

Il ne s'agit que de la pointe de l'iceberg de la persécution subie par la minorité chrétienne du pays, notamment des décapitations, des attentats à la bombe dans des églises, des enlèvements, des viols et des déplacements. des milliers de chrétiens - depuis que la guerre a éclaté.

Un mois avant Sadad, une autre ancienne région chrétienne, Ma'loula, l'une des rares régions du monde à parler encore l'araméen, la langue de Jésus, était assiégée par les djihadistes, ses églises bombardées et pillées, ses habitants obligés de se convertir à l'islam. ou mourir. Les derniers mots d'un homme qui a refusé sont: «Je suis chrétien et si vous voulez me tuer pour cela, je ne m'y oppose pas.

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité